LIFE MONTSELGUES

.::Le programme LIFE

Des landes, des tourbières, des chauves-souris… et des hommes

Le programme LIFE Nature de “Préservation des landes, tourbières et chauves-souris du plateau de Montselgues” est mené conjointement par le Conservatoire Rhône-Alpes des espaces naturels, le Parc naturel régional des Monts d’Ardèche, le Conseil Général au titre des espaces naturels sensibles, la Chambre d’Agriculture et la Communauté de Communes des Cévennes vivaroises.

Un financement de 465 000 euros est prévu sur 4 ans 1/2 (octobre 2005 à mai 2010) pour préserver durablement les landes, les tourbières et les chauves-souris. Un important volet de communication est également prévu avec la conception d’outils pédagogiques et techniques pour les habitants, les élus, les scolaires et les acteurs socioprofessionnels.

Optimiser la gestion des landes

Le plateau de Montselgues abrite d’importantes surfaces de landes (1600 ha). Qu’elles soient “montagnardes à Genêt purgatif “ ou “à Callune, bruyère et genêts”, elles sont reconnues d’intérêt communautaire. Car même si elles sont assez fréquentes dans les Monts d’Ardèche elles sont rares à l’échelle européenne, et en constante régression. C’est le cas par exemple des landes à Genêt purgatif qui couvrent nos pentes de belles floraisons jaune d’or à la fin du printemps. Elles n’existent dans le monde que dans le Massif central et les Pyrénées et disparaissent en raison des plantations forestières et de l’abandon du pâturage.

Sur le plateau, ces landes sont menacées par la déprise agricole d’abord, car si la végétation n’est plus broutée les arbustes s’installent, les landes se ferment et se boisent. Une gestion mal adaptée (feux répétés, pâturage trop intense) peut aussi être néfaste à ces milieux. Le programme LIFE prévoit donc d’expérimenter, avec des agriculteurs locaux, différentes méthodes de restauration et d’entretien des landes sur 85 hectares. A l’issue du programme, un référentiel technique présentant les pratiques favorables au maintien de la biodiversité de ces milieux et à la valorisation par le pâturage sera publié et largement diffusé.

Redonner un peu d’air aux tourbières

Contrairement aux landes, milieux secs par excellence, les tourbières sont en permanence gorgées d’eau. Elles se sont formées il y a plusieurs milliers d’années et offrent humidité et fraîcheur à une multitude d’espèces rares de libellules, de papillons et de plantes. Connaissez-vous par exemple ces petites plantes carnivores appellées Droséras ? Ces tourbières participent aussi au stockage saisonnier de l’eau de pluie, elles la filtrent et la restituent lentement dans les rivières. Les tourbières de Montselgues garantissent ainsi la ressource en eau du plateau et des vallées.

Mais les quatre petites tourbières du plateau sont menacées par des plantations de pins réalisées il y a une quarantaine d’années sur 600 hectares de landes et de milieux humides qui servaient autrefois d’estive pour les troupeaux. Les tourbières se trouvent aujourd’hui isolées au milieu d’une forêt de pins qui gagne du terrain et les assèche progressivement. Pour sauvegarder ces milieux fragiles, le programme prévoit l’achat de 30 hectares et des travaux de déboisement pour redonner aux tourbières un peu d’air… et de l’eau ! Ces travaux permettront, à terme, de relier les tourbières entre elles. Les insectes pourront alors de nouveau se déplacer d’un site à l’autre.

Protéger les mines à chauves-souris

La commune de Sainte-Marguerite-Lafigère abrite d’anciennes mines exploitées au début du siècle dernier pour leur gisement de plomb argentifère. Aujourd’hui abandonnées, certaines galeries accueillent des chauves-souris qui y trouvent refuge dès la fin de l’automne pour hiberner.
Ces chauves-souris sont menacées, car pour des raisons de sécurité les mines sont généralement bouchées au terme de leur exploitation. Pour préserver les chauves-souris mais aussi le témoignage de cette activité passée, le programme LIFE prévoit d’autres solutions. Par exemple la pose de grilles spécialement conçues à l’entrée des galeries les plus intéressantes. Elles seront ainsi sécurisées mais les chauves-souris pourront toujours y accéder.

Dans cette rubrique :





Partenaires du programme :